Localisation du volcan Chaiten

Nom : Chaiten
Région/Pays : Patagonie / Chili
Lat./Long. : 42.833 S/72.646 W
Alt. : 1122 m

Suivi de l'activité éruptive ou des éruptions volcaniques pour le volcan Chaiten au cours du mois de mai 2008 :


Dépêche du 31 mai 2008 :

L'activité éruptive se poursuit sur le Chaitén, et se caractérise toujours par l'émission fréquente, sinon constante d'un panache de cendres. Celui-ci est parfaitement visible, avec l'anomalie thermique produite par l'éruption, sur les images GOES 12 ce matin. La panache monte à moins de 5000 m d'altitude en général mais, emporté par les vents, il a été à l'origine de chutes de cendres sur divers secteurs ces derniers jours. Ce fut le cas, en particulier, à Puerto Montt, Osorno, Valdivia et Temuco (située à presque 500 km au nord) où les aéroports ont du fermer temporairement. L'activité sismique est toutefois toujours en décroissance. Les volcanologues, en particulier, n'ont plus enregistré les secousses associées à la croissance du dôme. La baisse de la sismicité et de la hauteur moyenne des panaches indique que l'activité se calme, mais les volcanologues Chiliens, qui appliquent un principe de précaution, estiment toujours possible que l'activité reparte à la hausse (sources: SERNAGEOMIN; GOES).



Dépêche du 27 mai 2008 :

Le dernier rapport issu des observations menées par le SERNAGEOMIN indique que le dôme poursuit sa croissance. Dans la classification des styles éruptifs qu'utilisent encore largement les volcanologues, l'activité est passée de Plinienne à Sub-plinienne. La hauteur moyenne du panache est en effet passée à environ 3 km, pouvant parfois atteindre les 5 km lorsque l'activité explosive (qui se localisé à la jonction de l'ancien et du nouveau dôme) s'accentue. Cependant la colonne de cendres est moins alimentée qu'au début de la crise, en partie du fait de la présence du dôme qui gène l'évacuation des gaz magmatiques, et "étouffe" (en quelque sorte) l'activité explosive et donc la formation du panache. Les cendres déposées continuent d'alimenter de nombreux lahars, dont certains poursuivent la destruction de la ville de Chaitén, au sud. Enfin, et pour la première fois depuis le début de la crise, les volcanologues enregistrent une diminution, certes faible, de la sismicité générale liée à l'activité. Ils n'écartent toutefois pas la possibilité qu'elle recommence à augmenter, n'ayant pas assez d'informations et de recul sur cette tendance pour élaborer un scénario fiable (source: SERNAGEOMN).



Dépêche du 26 mai 2008 :

L'éruption du Chaitén se poursuit. Le panache de cendres est aujourd'hui visible sur les images satellites GOES 12, et se dirige vers le nord, poussé par le vent. Depuis l'apparition du dôme de rhyolite dans l'évent actif, qui bouche le conduit éruptif, le panache est moins soutenu. Le VAAC de Buenos Aires a donc passé le niveau d'alerte pour l'aviation du rouge à l'orange dès le 21 mai dernier (sources: GOES12; VAAC de Buenos Aires).



Dépêche du 24 mai 2008 :

Les analyses de la composition chimique réalisées sur les cendres et les ponces produites par l'éruption en cours du Chaitén indiquent qu'il s'agit d'une rhyolite (équivalent volcanique du granite). Elle se caractérise par une teneur en silice (SiO2) très élevée, variant entre 73 et 75%. Ce magma rhyolitique possède une très forte viscosité, responsable de son émission actuelle sous forme d'un dôme (cf glossaire) (source: SERNAGEOMIN).



Dépêche du 23 mai 2008 :

L'éruption du Chaitén est entrée, depuis quelques jours dans une nouvelle phase, plus constructrice que destructrice. Le dernier bulletin du SERNAGEOMIN indique en effet que, lors de leur survol de l'édifice le 21 mai, les volcanologues chiliens ont pu observer la formation d'un nouveau dôme de lave dans le cratère actif ouvert dans le flanc nord de l'ancien dôme obsidiennique. L'activité explosive est donc maintenant moins soutenue qu'auparavant et les explosions, quoiqu'encore assez violentes, sont plus espacées dans le temps. La hauteur de la colonne éruptive oscille donc en fonction des explosions qui affectent le dôme actif. La sismicité (et notamment certaines secousses de haute fréquence) indique que l'activité de surface du dôme est importante (avalanches de blocs), tandis que des secousses basse fréquence sont produites, d'après les volcanologues, par la montée du magma qui forme le nouveau dôme. Cette sismicité est toujours en augmentation actuellement (source: SERNAGEOMIN).



Dépêche du 20 mai 2008 :

L'activité éruptive continue sur le Chaitén. La colonne de cendres a pu être repérée ce matin sur des images satellites par le VAAC de Buenos Aires. L'altitude maximale atteinte était alors d'environ 7500m et il se déplaçait plein nord (source: VAAC de Buenos Aires).



Dépêche du 18 mai 2008 :

Les conditions météo sont toujours exécrables dans la région de Los Lagos, où se trouve le Chaitén. Elles empêchent toute observations directe de l'activité, et son évaluation précise par les scientifiques. L'éruption semble toutefois continuer, si l'on en crois le VAAC de Buenos Aires. Les derniers bulletins indiquent en effet des émissions de cendres continues, et un niveau d'alerte pour l'aviation maintenu au rouge. A la suite d'une rencontre importante qui a réunis le Ministre de la Defense, le délégué de la présidente, l'intendant de la région, l'ONEMI et le haut commandemandes des forces armées et des carabiniers, quelques décisions ont été prises concernant les actions à mener et les moyens d'y parvenir. Les volcanologues ont tout d'abords été équipés de nouveaux sismomètres fournis par l'USGS(Etats-Unis). Ces derniers fournissent leurs données par télétransmision, ce qui permettra de regrouper toutes les données en un seul point (le port de Queilen, à Chiloé), et de les recevoir en temps réel (jusqu'à présent, les volcanologues étaient obligés d'aller sur chacun des appareils installés pour télécharger les données puis les ramener à l'observatoire pour les interpréter, d'où une perte de temps considérable). Un autre point important est la réhabilitation d'un pont stratégique pour l'acheminement de l'aide, localisé à Puerto Cardenas. Enfin une évaluation de l'état des routes et des ponts sera faite (sources: VAAC de Buenos Aires; ONEMI).



Dépêche du 17 mai 2008 :

Les très mauvaises conditions météo qui règnent depuis plusieurs jours sur le massif du Chaitén empêchent les observations directes de l'activité éruptive, et rendent difficiles les déplacements dans certaines zones déjà partiellement isolées par l'éruption (Futaleufu). Le SERNAGEOMIN, pendant un survol effectué avant-hier dans un hélicoptère de l'armée chilienne, a pu constater que la colonne éruptive montait alors à plus de 5000 m d'altitude, et était toujours alimentée en continue. Bien que certains paramètres n'aient pas encore été calculé, notamment le débit de cendres émises au travers de l'évent actif, la diminution progressive de la hauteur de la colonne peut être mise, au moins partiellement, en relation avec l'élargissement (lui aussi progressif) du diamètre du cratère lié à l'usure de ses parois par la sortie permanente de cendres. Les pluies qui affectent la zone continue d'entraîner la formation de coulées de boue qui continuent de recouvrir lentement le sud de la ville de Chaitén. Du point de vue sismique, l'analyse des données récoltées par les différentes stations indiquent que la sismicité a changé de style. Des secousses caractéristiques de la fracturation des roches et de l'injection de magma (type HB) dans les nouvelles fissures sont apparues par essaims, suivies de secousses liées aux seules mouvements de fluides (type LP). Les volcanologues n'excluent donc pas la possibilité de voir l'éruption continuer, voir s'aggraver si le dôme d'obsidienne intracalderique est détruit, ou si la colonne éruptive s'effondre, ce qui donnerait alors naissance à des coulées pyroclastiques importantes (source: SERNAGEOMIN).



Dépêche du 16 mai 2008 :

L'activité éruptive est toujours e ncours sur le Chaitén, mais impossible à voir depuis le sol en raison de très mauvaises conditions météo. Mais pour la première fois depuis le début de l'éruption, le vent a complètement changé de direction et vient, depuis hier, par l'est et le nord-est. Les conséquences directes de ce changement sont des chutes de cendres qui affectent maintenant plusieurs secteurs de l'île de Chiloé (Quemchi, Achao, Castro, Chonchi, Queilen). Des masques à poussière ont donc été distribués aux habitants des secteurs touchés par les équipes municipales. D'après l'institut de météorologie chilien, cette situation doit perdurer au moins jusqu'à aujourd'hui (source: ONEMI).



Dépêche du 15 mai 2008 :

L'activité éruptive du Chaitén se maintient toujours à l'heure actuelle. Le VAAC de Buenos Aires émet toujours des bulletins indiquant des émissions de cendres continues, l'obligeant à garder le niveau d'alerte au rouge (pour l'aviation). Conséquence grave et inattendue: les chutes de cendres pourraient conduire à l'extinction d'une espèce de cervidé, qui ne se trouve qu'en Patagonie (chilienne et argentine): le Huemul (Hippocamelus bisulcus). Ce dernier est en effet classé par l'UICN comme espèce en voie d'extinction (moins de 3000 individus recensés actuellement), et le responsable du programme de conservation de l'espèce, Mauricio Berardi, a déclaré hier à la presse qu'il craignait que les chutes de cendres n'obligent les troupeaux à migrer plus bas dans les vallées où, en conflit avec hommes et chiens, ils pourraient être attaqués. Pendant ce temps, l'ONEMI rapporte les observations faites par les forces armées qui ont survolé hier la ville de Chaitén: 90% de la ville est actuellement inondée à cause du débordement du Rio Blanco. En cause, les très mauvaises conditions climatiques qui règnent actuellement sur la Patagonie (sources: AFP; VAAC de Buenos Aires; ONEMI).



Dépêche du 14 mai 2008 :

L'activité éruptive est toujours aussi intense au Chaitén. Le VAAC de Buenos Aires indique que les émissions de cendres sont toujours continues sur le volcan. Le SERNAGEOMIN et l'ONEMI ont indiqué dans leurs rapports que des coulées pyroclastiques de petite intensité ont été émises sur le flanc nord de lédifice. Ces dernières ont carbonisé la végétation qui se localise dans cette zone. L'évent éruptif principal, ouvert sur le flanc nord du dôme d'obsidienne qui occupe le fond de la caldera, atteint maintenant 1000 m de diamètre environ, et s'est ouvert jusqu'au sommet du dôme (source: VAAC de Buenos Aires; SERNAGEOMIN; ONEMI).



Dépêche du 13 mai 2008 :

Un lahar s'est écoulé hier dans la rivière Chaitén, et a détruit une quarantaine de maisons dans la ville du même nom. L'embouchure de la rivière est maintenant encombrée de cendres et ponces. Un survol du SERNAGEOMIN effectué hier a permis de préciser que la hauteur atteinte par le panache était de 8000m, et ce dernier continue d'être alimenté en ce moment. La météo chilienne prévoit, pour les prochains jours, des vents du nord-ouest. Les cendres devraient donc, a priori, affecter à nouveau Futaleufú, où les militaires continuent d'enlever les cendres des toits. A Puerto Montt, les écoles utilisées comme refuges ont réouvert hier leurs portes axu élèves, malgré la présence des personnes évacuées (sources: ONEMI; VAAC de Buenos Aires).



Dépêche du 12 mai 2008 :

L'activité éruptive se poursuit sur le Chaitén, donnant naissance à un panache de cendres, émis en continue. Le VAAC de Buenos Aires indique ce matin que le panache, visible sur les images GOES 12, monte à une altitude de 6000 m environ, et se déplace en direction de l'est et du nord- est. Les chutes de cendres se poursuivent donc sur Futaleufu, située sous le vent, où l'aide à la population restée sur place se maintient. L'eau potable est distribuée par le biais de camions-citerne, et les toits continuent d'être dégagés de leurs dépôts de cendres. Le transfert de bétail vers des zones non affectées par les cendres a débuté, au Chili comme en Argentine. L'hôpital de Futaleufu a commencé à recevoir des patients souffrant de gastro entérites, et les médecins n'excluent pas qu'elles soient liées à la consommation d'eau polluée par les chutes de cendres (sources: VAAC de Buenos Aires; ONEMI; GOES).



Dépêche du 11 mai 2008 :

L'activité éruptive du Chaitén continue de produire de grandes quantités de cendres. Le panache, toujours large et dense, montait hier à une altitude de 7 000m, semblant toutefois indiquer une activité moins intense que les jours précédents. Le panache est toujours visible sur les images GOES 12, tout comme l'anomalie thermique engendrée par l'éruption, aussi repérée par le capteur MODIS (embarqué sur satellite). Les chutes de cendres continuent d'affecter de larges zones, dont plusieurs côté argentin, où les cendres peuvent se vendre jusqu'à 500 pesos argentin (100 euros environ) le flacon sur internet. Côté Chilien, une réunion importante a regroupé l'Intendant de la Région d'Aysen, le SERMI (Secretaria regional ministerial) de l'Agriculture et l 'INDAP (institut de développement agricole chilien) dontl(objectif était de mettre en place une organisation et une coordination des action a mener en direction des agriculteurs (aides, transports d'animaux, etc.). Cent douze hectares de terrains militaires ont d'ores et déjà été réquisitionnés pour accueillir des animaux d'élevage, et l'évacuation de plusieurs milliers d'animaux d'élevages (moutons, chevaux, vaches) a déjà commencé il y a plusieurs jours. Pour les habitants de Futaleufu et La Palena, l'Intendant de la Région de Los Rios a fait parvenir 10 000 litres d'eau potables pour subvenir à leurs besoins. Mais l'armée Argentine a aussi mis en place à Futaleufu des purificateurs d'eau destinée à l'usage sanitaire (wc, et surtout douches) mais non à la consommation. Il est intéressant d'observer les coopérations qui se font entre la patagonie Chilienne et Argentine, et de constater qu'elles vont au-delà des tensions géopolitiques, de longue date, qui opposent généralement ces deux régions (sources:ONEMI; VAAC de Buenos Aires; MODIS; GOES; El Llanquihue).



Dépêche du 10 mai 2008 :

L'armée a encore évacué hier, en direction d'Ancun, 50 personnes qui se trouvaient dans les zones proches de l'édifice. L'ONEMI continue de faire parvenir aux personnes reculées et isolées (voie d'accès lacustre), dans la zone de Futaleufu, des médicaments, et de l'eau potable. De plus, 48 000 litres d'eau potable supplémentaires ont été acheminés hier depuis l'Argentine vers Futaleufu, pendant que l'armée avait pour mission de nettoyer les toits des maisons, pour ne pas qu'ils ne s'effondrent sous le poids des cendres accumulées. A Chaitén, une équipe a eu la charge de récupérer des véhicules (une ambulance en particulier). Les enfants évacuées de Fuataleufu et Chaitén ne sont pas oubliés, et la plupart d'entre eux ont repris une scolarité depuis avant-hier, après leur inscription dans les écoles de Puerto Montt. Les opérations d'aide et de protection sont donc toujours aussi soutenues dans cette partie du monde. L'activité éruptive, quand à elle, se poursuit. Le VAAC de Buenos Aires décrit ainsi dans son bulletin d'aujourd'hui (02h30 du matin UTC) une émission de cendres continue, d'ailleurs visible sur les images GOES12, produisant un panache repéré à 11 000 m d'altitude. Les volcanologues du SERNAGEOMIN ont pu observer, avant-hier, dans la rivière Rayas qui passe au pieds du versant nord du volcan, de petites coulées pyroclastiques. Ils survolent quotidiennement la zone afin de pouvoir analyser l'activité éruptive, et se rendent quotidiennement dans les zones affectées par les chutes de cendres, afin de récolter les données récupérées par leur matériel (sismomètres...). Ils ont aussi décidé d'enlever l'un de leur sismomètre de la ville de Chaitén pour le mettre sur l'île Talcàn (entre Chiloé et Chaitén) suite à une forte augmentation de la sismicité repérée, avant-hier, par cette station. L'analyse des sismogrammes, et notamment la localisation des hypocentres (= foyers) des secousses liées à l'éruption en cours, incitent les volcanologues à penser que la chambre magmatique qui se vidange actuellement se localise à une profondeur faible d'environ 5 km (sources: ONEMI; VAAC de Bueons Aires, SERNAGEMOIN; GOES; El Llanquihue).



Dépêche du 09 mai 2008 :

Un article paru sur la version en ligne du journal "Le Monde" indique que des cendres libérées par le Chaitén ont atteint aujourd'hui Buenos Aires, capitale de l'Argentine, située à plus de 1500 km au nord-est de l'édifice. Aucune conséquence sur la santé des habitants n'a été décelée pour le moment, mais deux compagnies aériennes américaines (United Airlines et American Airlines) ont préféré annuler leurs vols (source: Le Monde).



Dépêche du 09 mai 2008 :

Les présidentes des deux pays (Christina Fernandez pour l'Argentine et Michelle Bachelet pour le Chili) ont abordé la possibilité de mettre en place une coordination afin de gérer au mieux les conséquences de la crise en cours sur le Chaitén. De fait, le Ministre de la défense Chilien, accompagné de l'Intendant de la Région de Los Lagos et de la directrice nationale de l'ONEMI doivent rencontrer le vice-président argentin dans la ville de Bariloche, afin de déterminer des solution de coopération face à cette crise éruptive. Ces actions concernent, entre autres, le transport de personnes, l'acheminement d'eau et de combustible. Pendant ce temps, l'ONEMI continue de faire parvenir dans la région de Los Lagos des matelas, des couvertures et des générateurs électriques pour venir en aide aux évacués. Quand à l'armée, elle a transporté dans la ville de Chaitén des experts en télécommunications, afin qu'ils vérifient le matériel sur place, ainsi que 20 000 litres d'eau et du combustible aux personnes qui restent à Palena et Futaleufú. Hier, des chutes de cendres ont été répertoriées jusque dans les régions Chiliennes de Bio Bio et de d' Araucanie, plus au nord, incitant la commune de Lonquimay a gérer la distribution de masques à poussières. Dans cette crise, les animaux domestiques laissés à Chaitén par leur propriétaires ne sont pas laissés pour compte. La SPA Chilienne (Agence de Secours et de Défense des Animaux) aidée, en autres, de spécialistes vétérinaires et par l'armée, a en effet faire parvenir sur place deux tonnes de nourriture et des médicaments. Après avoir nourrit et soigné les animaux, ils les ont fait évacuer vers Puerto Montt. Du côté du volcan, les dernières images GOES 12 montrent toujours le panache de cendres, dont la présence est toujours confirmée par le VAAC de Buenos Aires. Cependant, peu d'information volcanologiques sont disponibles (sources: ONEMI; El Llanquihue; VAAC de Buenos Aires; GOES).



Dépêche du 08 mai 2008 :

Le VAAC de Buenos Aires maintient toujours le niveau d'alerte pour l'aviation au rouge, car les émissions de cendres se poursuivent sur le Chaitén, toujurs parfaitement visibles sur les images du satellite GOES. Dans son bulletin émis avant-hier, l'institut de géologie du Chili, le SERNAGEOMIN, indique que l'activité éruptive prend naissance sur le flanc nord du dôme ryolitique qui occupe la caldera de Chaitén. L'activité érupive a, pendant les premiers jours, été produite par deux évents distincts. Mais l'érosion intense qui accompagne l'éjection des cendres à très haute vitesse a fini par user les parois des deux évents, qui se sont rejoints en un seul cratère, d'un diamètre de 800m. D'un point de vue volcanologique, cette éruption soutenue, qui fabrique cendres et ponces sans discontinuer depuis presque une semaine maintenant, se classe dans la catégorie des éruptions pliniennes. Du côté des conséquences, le Ministre de l'Intérieur a demandé hier une aide financière aux chiliens afin de pouvoir continuer à soutenir les personnes déplacées. L'ONEMI précise, de son côté, que la zone qui doit être évacuée est toujours un cercle de 50 km de rayon, centré sur le Chaitén. Enfin, des chutes de cendres ont affecté, cette nuit, la ville de Bariloche, située à 250 km au nord-est, en Argentine. Les pharmacies ont été vidées de leurs stock de masques anti-pollution par les populations locales et touristiques (sources: ONEMI; SERNAGEOMIN; VAAC de Buenos Aires; GOES; AFP).



Dépêche du 07 mai 2008 :

L'activité éruptive du Chaitén est entrée depuis hier dans une phase éruptive paroxysmale intense, avec production de coulées pyroclastiques et formation d'un panache qui est monté à 30km d'altitude! L'ONEMI a décidé l'évacuation totale de la petite commune de Chaitén, ce qui correspond aux 384 personnes qui étaient encore sur place. Outre le village de Chaitén, le Ministre de l'Interieur Chilien a ordonné l'évacuation d'une zone de 50 km de rayon autour du volcan ce qui est une mesure exceptionnelle, reflet de l'intensité de l'activité. Plusieurs villages, dont Chaitén (déjà évacuée), Futaleufu et Chana (30 km au nord) sont concernés par cette mesure. Des bus ont été mis à disposition pour aller chercher les habitants de Futaleufu qui s'étaient réfugiés en Argentine en début de crise, et les conduire à Osorno. Le VAAC de Buenos Aires indique dans son bulletin de ce matin que l'activité ne cesse de croître, et maintient le niveau d'alerte pour l'aviation au rouge. Les images GOES 12 montrent en effet un panache de cendres continue ces 12 dernières heures, emporté vers l'est par les vents. Sur Youtube, de nouvelles vidéos ont été mises en ligne, dont une nommée "Chile: Tierra de volcanes. Erupción en Chaitén" qui, outre des images vidéo montrant la violence de cette éruption, permet de voir des photos incroyables du panache de cendres zébré d'éclairs (électricité statique) (sources: ONEMI; El Heraldo Austral; VAAC de buenos Aires; Youtube).



Dépêche du 06 mai 2008 :

La présidente Chilienne, Mme Bachelet, s'est rendue hier à Futaleufu en compagnie d'un groupe d'experts américains et des Ministres de l'Agriculture et de la Défense. Elle a notamment fait part de ses craintes concernant la contamination des sols et cours d'eau par l'éruption, et de ses conséquences possibles sur le bétail dans la zone de Futaleufu. Il y a en effet plus de 25 000 têtes dans cette région, que les habitants ont déjà partiellement désertée, alors qu'il s'agit de l'une de leurs sources de revenus les plus importantes. La présidente a fait connaître sa volonté de faciliter les évacuations des personnes à Futaleufu, du moment qu'elles le souhaitent, et des bus ont été mis à disposition dès hier. Le volcan continue, quant à lui, de produire des cendres volcaniques. Les panaches de cendres sont toujours facilement repérables sur les images satellites GOES 12, et le VAAC de Buenos Aires indique que certains d'entre eux ont été repérés à une altitude de plus de 10 000 m. Les vents continuent de pousser les cendres vers l'Argentine, à l'est. Le niveau d'alerte pour l'aviation reste au rouge pour le moment (sources: ONEMI; VAAC de Buenos Aires; GOES).



Dépêche du 05 mai 2008 :

L'éruption du Chaiten se poursuit toujours. Le VAAC de Buenos Aires a émis ce matin un bulletin indiquant la présence d'un panache de cendres emporté vers l'est qui se trouvait à environ 7500 m d'altitude. Le panache est parfaitement visible sur les images satellites GOES 12, qui montrent que les émissions de cendres ont été presque ininterrompues ces 12 dernières heures.. L'anomalie thermique liée à l'activité est aussi repérée par les satellites. L'ONEMI a fait savoir que 51 personnes supplémentaires ont été évacuées du village de Futaleufú, où ce sont plus de 30 cm de cendres qui se sont accumulées. Les médias, ainsi que l'ONEMI, confirment le décès hier d'une femme âgée durant son évacuation en direction de Puerto Montt. L'ONEMI continue de faire acheminer de l'eau potable en direction des villages de Futaleufú et Palena par camions-citernes (sources: VAAC de Buenos Aires; GOES; ONEMI; Reuters).



Dépêche du 04 mai 2008 :

Les journaux en ligne de la Région X (Los Lagos), dans laquelle se localise le volcan Chaiten indiquaient hier que le village de Futaleufu avait aussi été sévèrement touché par les chutes de cendres. L'une des images présentées par le quotidien El Llanquihue montre un ambiance incroyablement semblable aux images prises pendant l'éruption du Pinatubo en 1991. Le ciel, chargé de cendres, est d'un gris extrêmement sombre, et contraste avec les cendres au sol qui sont éclairées par le soleil et sont d'un gris très clair. La vie des communautées qui ont été affectées par l'éruption est donc monochrome. La commune de Chaiten ressemble, aux dires des journalistes de Reuters, à une ville fantôme, recouverte de cendre et vidée de sa population. Les écoles ont été converties en dépôts d'eau en bouteilles, qui seront probablement utilisées lors du retour des habitants dans le village, afin de pallier le manque d'eau (eau potable contaminée pour le moment par les cendres volcaniques). L'activité éruptive, quant à elle, était toujours repérée ce matin par le VAAC de Buenos Aires qui indiquait dans son bulletin de 05h00 (TU) une émission continue de cendres. Le haut du panache était alors à presque 10 000 m d'altitude. Les images GOES 12 montrent une anomalie thermique qui apparait sporadiquement sur l'édifice, et l'on voit très nettement plusieurs panaches de cendre emportés vers le sud-est par les vents. Certains des panaches en question s'étirent vers le sud-est sur plus de 1000 km, et passent au-dessus de l'Argentine, elle aussi concernée par les cendres vendredi. La petite ville Argentine d'Esquel a en effet été fortement touchée par les chutes de cendres. Les écoles ont été fermées, et les pharmacies ont été littéralement vidées de leur stock de masques à poussière. globalement, côté chilien, la crise a été visiblement très bien menée. Seules des problèmes respiratoires et oculaires classiques dans ce genre de situation sont soignés dans les hopitaux, et aucune victime n'a été rappportée pour le moment dans les journaux. Le Ministre de l'Interieur Chilien rappele que 4000 personnes ont été évacuées en 24h (dans une zone qui n'a connu aucune éruption historique, NDLR) et constate qu'il s'agit d'une gestion réussie de cette crise (sources: El Llanqihue; VAAC de Buenos Aires; GOES 12; Reuters; ONEMI).



Dépêche du 03 mai 2008 :

Les évacutions se poursuivent dans la petite ville de Chaiten, alors que les chutes de cendres continuent de tomber. Depuis le début de la crise, ce sont 3900 personnes qui ont quitté la bourguade, et l'ONEMI pense en faire partir encore plusieurs centaines, afin de déplacer, in fine, toute la population. Pour palier le manque d'eau potable lié aux chutes de cendres qui polluent les eaux habituellement consommées par la population de Chaiten, l'ONEMI a fait parvenir, au total, 115 000 litre d'eau potable en bouteille. L'activité éruptive a maintenu plusieurs heures durant une importante quantité de cendres volcaniques dans l'air, et des cendres très fines sont retombées aujourd'hui dans la région d'Aysen, à la Junta. Des odeurs de soufre ont aussi été repertoriées dans la commune de Lago Verde, à plus de 160 km au sud-est de l'édifice. Cependant l'activité est devenue plus interemittente depuis le milieu de la nuit dernière, avec des grondements qui se sont parfois arrêtés complètement avant de repartir. Les volcanologues et l'ONEMI ont du, si tout s'est passé comme prévu, installer un réseau de cinq sismomètres pour améliorer la surveillane et faire un suivi de l'évolution de la crise éruptive en cours. Quelques belles vidéos sont en ligne sur Youtube. Pour les voir, taper simplement "chaiten volcano" dans le moteur de recherche. Bon visionnage! (sources: ONEMI).



Dépêche du 03 mai 2008 :

Suite à l'apparition d'une activité sismique anormale dans la zone de la commune de Chaiten, l'ONEMI a envoyé sur place une équipe chargée de surveiller cette activité avec des sismographes mobiles. Les Comités de Protection Civiles ont été mis en alerte le jour même. Le volcan Chaiten est alors entré en éruption, produisant des panaches de cendres, et obligeant l'ONMEI a passé hier le niveau d'alerte au Rouge, avec évacuations à la clé pour 1500 habitants du village de Chaiten, situé à seulement une dizaine de kilomètres au sud du volcan. Les évacuations se font par mer en direction des villes de Puerto Montt et Castro. En outre, l'ONEMI s'est chargée de faire passer dans la zone affectée des couvertures, des réchauds à gaz, des langes, des générateurs électriques L'activité éruptive, quand a elle, produisait hier un panache de cendres haut de 25 km, obligeant le VAAC de Buenos Aires a passer le niveau d'alerte au rouge pour l'aviation. Nous vous tiendrons informés dès que nous en saurons plus (sources: ONEMI; VAAC de Buenos Aires).



Ses éruptions historiques
Les éruptions historiques pour le volcan Chaiten
Autres volcans : photos et vidéos de volcans
Les photos de volcans et vidéos de volcans de l'ACTIV
ACTIV - Association pour la Connaissance et la Transmission de l'Information en VolcanologieACTIV - Association pour la Connaissance et la Transmission de l'Information en Volcanologie
Rechercher un volcan
Recherchez un volcan grâce à son nom
Listes de volcans
Recherche de volcans par listes
L'activité de l'année du volcan Chaiten
Remonter dans le texte
Descendre dans le texte
  Année 2015 :

        •  Mois de mai


  Année 2013 :

        •  Mois de novembre


  Année 2012 :

        •  Mois de décembre


  Année 2011 :

        •  Mois de mai
        •  Mois de février


  Année 2010 :

        •  Mois de juin
        •  Mois de mai
        •  Mois de mars


  Année 2009 :

        •  Mois de décembre
        •  Mois de novembre
        •  Mois d'octobre
        •  Mois de septembre
        •  Mois d'août
        •  Mois de juillet
        •  Mois de juin
        •  Mois de mai
        •  Mois d'avril
        •  Mois de mars
        •  Mois de février
        •  Mois de janvier


  Année 2008 :

        •  Mois de décembre
        •  Mois de novembre
        •  Mois d'octobre
        •  Mois de septembre
        •  Mois d'août
        •  Mois de juillet
        •  Mois de juin
        •  Mois de mai


Revenir au début du texte