Localisation du volcan Cordon Caulle

Nom : Cordon Caulle
Région/Pays : Région des lacs / Chili
Lat./Long. : 40.52 S/72.2 W
Alt. : 1798 m

Suivi de l'activité éruptive ou des éruptions volcaniques pour le volcan Cordon Caulle au cours du mois de juin 2011 :


Dépêche du 29 juin 2011 :

Le dernier bulletin du SERNAGEOMIN indique que la sismicité a connu un changement important: le trémor de haute fréquence a disparu des enregistrements. Ils en déduisent que l'effusion qui avait lieu depuis une dizaine de jours n'est plus alimentée. La coulée épaisse produite a été "capturée" le 27 juin par l'ASTER, embarqué sur le satellite TERRA, qui a donc fait la première image de cette effusion. L'activité explosive, quant à elle, se poursuit et alimente un panache, non visible en raison du mauvais temps qui règne sur le secteur, mais suivi par le VAAC de Buenos Aires, qui a repéré les cendres à plus de 1500 km de distance. Sources : SERNAGOMIN; Nasa Earth Observatory.



Dépêche du 23 juin 2011 :

L'éruption se poursuit mais le trémor continue une lente décroissance. La hauteur du panache est en moyenne de 3 à 4 km, ce qui reste important et en rapport avec l'intensité actuelle du trémor. Le panache, de couleur sombre, est encore bien chargé de cendres. Ces dernières ont affecté hier plusieurs villages proches de l'édifice (Riñinahue, Llifen, Futrono, Curarrehue). Au niveau de la zone active, le risque de formation d'écoulements pyroclastiques reste élevé et, sur les rivières qui prennent leurs sources sur le versant ouest du massif, le risque de lahars est important. Les changements de direction du vent ont affecté des zones jusque là peu touchées par l'éruption. La maire de la ville de Puyehue a donc demandé au ministère chilien de l'agriculture que l'état d'urgence soit déclaré afin que des aides puissent être débloquées pour les petits producteurs de la zone de Puyehue. Sources : SERNAGOMIN; soyosorno.cl.



Dépêche du 21 juin 2011 :

Maintenant que l'activité explosive a baissé en intensité, le Cordon Caulle produit une coulée de lave visqueuse qui se met en place à partir du cône formé par l'activité explosive. Ce dernier est ébréché sur son versant sud-ouest ce qui permet à l'épaisse coulée de s'échapper dans cette direction. Peu après sa sortie du cône, la topographie la fait bifurquer en direction du nord-ouest sur 200m puis en direction du nord-est sur 100m. L'activité explosive, bien que modérée, continue d'alimenter un panache dont la hauteur peut aller jusqu'à 6 km. Les volcanologues qui ont fait un survol de l'édifice hier remarquent toutefois l'absence de projectiles dits "balistiques" (bombes, blocs): seules des cendres sont produites. Source : SERNAGEOMIN.



Dépêche du 20 juin 2011 :

L'activité éruptive se poursuit mais décroit progressivement. Les 4270 personnes évacuées au départ de l'éruption sont autorisées depuis hier à retourner dans les habitations, le risque de lahars important semblant s'éloigner dans les zones habitées. La présence des cendres émises par l'éruption est toujours relevée et suivie par les VAAC de Toulouse, Darwin et Wellington, soit tous les VAAC en charge de l'hémisphère sud. Sources : ONEMI, VAACs de Darwin, Wellington et Toulouse.



Dépêche du 17 juin 2011 :

L'activité éruptive est toujours en cours au Cordon Caulle et a connu des modifications importantes ces dernières 48h. Les volcanologues ont en effet commencé à enregistrer un trémor harmonique très intense, mais visiblement sans lien avec l'intensité de l'activité explosive. Ceci diffère complètement de ce qui marquait l'éruption depuis son déclenchement, où l'intensité du trémor et la hauteur du panache (reflet de l'intensité de l'activité éruptive) étaient toujours corrélées. Ce découplage entre signal sismique et la hauteur du panache permet au volcanologues chiliens d'invoquer deux scénarios d'évolution pour l'éruption. Soit une masse de magma est en cours d'ascension, et pourrait donner naissance à une effusion (coulée, lave fluide) ou une extrusion (dôme, lave visqueuse), soit une nouvelle mise en pression de la chambre qui alimente actuellement le panache, et qui pourrait donc donner à une nouvelle activité paroxysmale. La hauteur du panache a été évaluée hier à environ 3000m, et les webcams de l'OVDAS permettent toujours de discerner actuellement l'intense incandescence qui illumine la zone de l'évent actif. Le niveau d'alerte reste au rouge Source : SERNAGEOMIN/OVDAS.



Dépêche du 15 juin 2011 :

L'activité explosive se poursuit. Elle est encore sujette actuellement a ces oscillations de l'intensité de l'éruption. Le panache peut, lors des phases les plus intenses, monter à plus de 9000m de hauteur, puis diminue lors des phases plus "tranquilles". Chaque "phase" dure entre 10 et 20 minutes pour le moment et est directement associée à des variations importantes du trémor (il augmente et le panache augmente, etc.). Ce processus cyclique est à l'origine d'instabilités dans la colonne éruptive: lors des baisses d'activité, elle connait des phases d'effondrement qui génèrent des écoulements pyroclastiques ("nuées ardentes retombantes"). Ceux-ci affectent principalement le haut versant du Rio Nilahue pour le moment. Source : SERNAGEOMIN.



Dépêche du 14 juin 2011 :

L'activité se poursuit au Cordon Caulle, et les images webcam sont très belles, de jour comme de nuit, pour peu que la météo soit favorable. Le panache est donc toujours alimenté mais connais depuis hier des fluctuations importantes de sa hauteur, corrélées avec la mise en place de cycles hausse-baisse du trémor éruptif. Les volcanologues chiliens décrivent en outre un panache a l'aspect plus dense, gris foncé, émis par un cône en formation dont le diamètre du cratère est d'environ 350m. Source : SERNAGEOMIN.



Dépêche du 13 juin 2011 :

L'évacuation va être levée pour une partie des personnes évacuées au départ de l'éruption. Tous le secteur nord-ouest et ouest de l'édifice n'ayant pas été affecté par les chutes de cendres, le risque de lahar est nul et plusieurs localités sont hors de danger. Les autorités, suite au rapport des volcanologues, ont donc décidé de lever les mesures d'évacuation pour les villages concernés. L'activité éruptive se poursuit toujours, bien que le panache soit, comme indiqué hier, bien moins élevé qu'au départ de l'éruption. Cependant, le 11 juin une recrudescence momentanée de l'intensité de l'éruption a permis au panache de dépasser de nouveau les 8000 m d'altitude. La sismicité est décrite comme globalement stable par les SERNGEOMIN. Sources : SERNAGOMIN; ONEMI.



Dépêche du 12 juin 2011 :

L'activité éruptive reste soutenue au Cordon Caulle. Les images prisent par les deux webcams récemment installées ont permis, lors des rares trouées de la couche nuageuse, de voir un panache encore bien alimenté. Ce dernier était d'ailleurs parfaitement visible, emporté vers l'est par les vents, sur l'image MODIS prise hier à 14h45 TU. Le VAAC de Buenos Aires évalue son altitude de déplacement à environ 6000m. Les volcanologues chiliens ont pu, pour la première fois depuis le début de l'éruption, survoler hier l'édifice et localiser le point d'émission du panache: un évent ouvert à environ 2,5 km du site de l'éruption de 1960, au coeur du bassin versant du Rio Nilhanue, la rivière la plus affectée par l'éruption. Les volcanologues ont précisé à la presse qu'ils n'avaient repéré aucun sortie de "lave massive" (c'est à dire autre que sous forme de particules; par exemple: un dôme). Sources : Webcams OVDAS; MODIS; Soyosorno.cl; VAAC de Buenos Aires.



Dépêche du 11 juin 2011 :

Le bulletin du SERNAGEOMIN en date d'hier décrit un panache très réduit, n'atteignant "que" 3700m de hauteur, en raison d'un très fort vent de nord-ouest. La sismicité a de nouveau diminué mais le trémor reste stable. Les volcanologues ont, par ailleurs, acquis des images radar afin de déterminer avec précision le site de l'éruption, dont la localisation semble rester relativement floue. Source : SERNAGEOMIN.



Dépêche du 10 juin 2011 :

Le rapport produit hier par le SERNAGEOMIN révèle un détail intéressant concernant l'éruption en cours. L'étude du dépôt indique qu'il est constitué de deux niveaux différents: la base est faite d'un mélange cendres grises/ponces blanches/éléments vitreux noirs. La partie supérieure du dépôt est, quant à elle, un peu plus homogène, faite d'un mélange ponces grises (visiblement de plus petite taille à en croire la tournure de phrase) / éléments vitreux gris foncé. Des études de pétrologie permettront de déterminer plus précisément la nature du magma qui a été émis mais les différences de teinte dans les dépôts suggèrent que des magmas de natures différentes ont été émis. En attendant, la sismicité semble montrer une nouvelle phase de croissance légère: les secousses liées à de la fracturation sont un peu plus nombreuses. Le panache est, pour le moment, moins important. Autre information, ou du moins correction de notre part: le calage des images MODIS sur Google Earth nous a permis de constater que, contrairement à ce que nous avions indiqué dans le premier bulletin descriptif de l'éruption, celle-ci ne se déroule pas sur le Puyehue, mais sur le Cordon Caulle. La localisation, grâce a cette méthode, est certe très imprécise, mais largement suffisante pour discriminer complètement le Puyehue comme site de l'éruption. Cela a été confirmé en outre par les volcanologues chiliens: le blog de Bernard Duyck cite en effet les indications du directeur du SERNAGEOMIN Enrique Valdivio, qui précise que le site de l'éruption est une fissure longue de deux miles (environ 3 km) ouverte sur le Cordon Caulle, non loin du site de l'éruption de 1960. Sources : SERNAGEOMIN; Comm pers; Blog de Bernard Duyck.



Dépêche du 09 juin 2011 :

L'édifice poursuit son activité éruptive. Le panache était stabilisé hier à une hauteur de 7500m et se dirigeait toujours vers le nord-est, sur 600 km, avant d'être dévié brusquement vers le sud-est par les vents d'altitude (voir cette image MODIS prise hier) . Les volcanologues de l'OVDAS-SERNAGEOMIN ont, en outre, mis en ligne deux webcams ici et pointées sur l'édifice. Il ne reste qu'à attendre le lever du jour chilien pour en profiter. A noter que les gaz et cendres émis samedi poursuivent leur route vers l'est. Ils ont atteint la zone de responsabilité du VAAC de Toulouse avant-hier et celle de Darwin aujourd'hui. Ce dernier a émis un bulletin dans lequel il précise avoir mis le niveau d'alerte aviation au rouge. Sources : OVDAS-SERNAGEOMIN; VAAC de Darwin.



Dépêche du 08 juin 2011 :

L'activité sismique a commencé à diminuer au Cordon Caulle dès le 06 juin et a continué sa décroissance hier. L'activité éruptive, quant à elle, se poursuit mais a aussi diminué d'intensité: la hauteur du panache hier n'était plus que de 7,5 km. Les volcanologues en poste au nord de l'édifice ont pu observer le 06 juin la mise en place de plusieurs écoulements pyroclastiques. Ceux-ci, parfois long d'une dizaine de kilomètres, prenaient naissance par effondrements latéral de la colonne éruptive. Ces effondrements se produisaient à une hauteur comprise entre 2 et 3 km. Les volcanologues suivent de près l'évolution des diverses rivières qui naissent sur le massif: l'engorgement en amont par les épais dépôts de cendres peut donner naissance à des lahars. Pour certaines de ces rivières, les relevés ont montré une acidification marquée (Ph: 4,5 pour le Río Nilahue). Enfin, la présence du panache au-dessus de l'Argentine a entraîné hier la fermeture de plusieurs aéroports dont ceux de Buenos Aires. Sources : SERNAGEOMIN; soychile.cl; Cyberpresse.



Dépêche du 06 juin 2011 :

Une autre belle série de photos de l'éruption est disponible sur le site du Figaro. Source : Le Figaro-International.



Dépêche du 06 juin 2011 :

Les données de l'OMI, qui relèvent les concentrations atmosphériques anormales en SO2, permettent de suivre la trajectoire du panache du Cordon Caulle. La pointe se trouve actuellement au-dessus de la partie médiane de l'océan Atlantique, à environ 1000 km au nord-ouest de l'île-volcan Tristan da Cunha. Le VAAC prévoit pour cette fin de journée une altitude de déplacement du panache (estimation) à environ 12 km. Ce panache est parfaitement visible sur cette image MODIS prise aujourd'hui à 14h30 TU. Sur cette très belle image on voit le panache emporté vers le nord sur environ 400 km puis, pris en charge par des vents d'ouest, emporté vers le sud-est. Dans la zone du volcan, la situation devient plus complexe en raison de fortes précipitations qui font craindre la formation de lahars importants. Par ailleurs, plusieurs habitants refusent l'évacuation préventive, obligeant les autorités à parcourir l'ensemble des zones habitées pour tenter de les convaincre. L'une des mesures proposées est la mise à disposition de militaires pour venir s'occuper régulièrement des animaux domestiques qui, eux, ne seront probablement pas évacués. D'un point de vue économique, l'impact est fort sur les vols en provenance et partance de Bariloche et Neuquen, côté argentin. Pour le moment, aucune donnée concernant l'agriculture et/ou l'élevage ne semble avoir été transmise. A Puyehue, l'école est fermée. Sources : OMI; VAAC de Buenos Aires; SoyOsorno.cl; MODIS.



Dépêche du 06 juin 2011 :

L'activité éruptive se poursuit et ne semble pas avoir baissé d'intensité. Le panache est toujours bien visible sur les images GOES, s'étendant loin vers l'est-sud est. Le VAAC de Buenos Aires estime toujours son altitude aux environs de 10 km. Le MODIS en a capturé (voir une image hier en milieu d'après-midi. Les premières photos ont commencé à arriver sur le web dès les premières heures de l'éruption, en voici quelques unes déjà très belles. Le SERNAGEOMIN indique n'avoir encore observé aucune mise en place de lave massive (ni coulée, ni dôme) mais seulement un panache et des écoulements pyroclastiques. La surveillance des rivières sur tous les flancs de l'édifice est accrue. Par ailleurs, l'évacuation des hommes mais aussi du bétail (2500 têtes à déplacer en première estimation par les autorités chiliennes) affecté par les chutes de cendres. Sources : GOES; VAAC de Buenos Aires; ONEMI; Photoblog; SoyOsorno.cl.



Dépêche du 05 juin 2011 :

Une activité explosive s'est déclenchée sur le complexe Puyehue- Cordon Caulle après une hausse très importante de la sismicité débutée dans la nuit du 03 au 04 juin. L'activité éruptive s'est déclarée hier après-midi vers 15h30 (heure locale) sous la forme d'un panache qui s'est élevé à plus de 10 km de hauteur. Les niveaux d'alerte des différentes institutions ont été élevées au rouge dès la hausse confirmée de la sismicité. Pour les volcanologues chiliens, le niveau est passé à "rouge-6": cela signifie que le processus éruptif est en cours. Ils le décrivent comme modéré et lui ont d'ores et déjà attribué un VEI (estimatif) de 3. Vous pourrez en voir des vidéos sur youtube comme celle-ci ou celle-là. Pour l'ONEMI, cela signifie que les évacuations des différentes communes concernées sont en cours. Celles-ci concernent de nombreux villages sur les régions de Los Lagos (5 villages concernés) et Los Rios (18 villages concernés) pour un nombre total de personnes à évacuer supérieur à 3500. D'après le VAAC de Buenos-Aires, l'activité se maintenait ce matin, ce que confirment les images du "Hawai‘i Institute of Geophysics and Planetology" (HIGP) qui gère le service Hot Spots, basé sur l'analyse des images satellites GOES 9,10 et 12. Celles-ci montrent nettement l'intense anomalie thermique liée à l'éruption et, "en ombre", l'imposant panache qui s'étire vers le sud-est. C'est aussi grâce à la localisation de cette anomalie thermique que l'on peut localiser, grossièrement, la position de l'évent actif: il s'agit d'un évent ouvert à l'extrémité sud-est du massif, donc probablement sur le stratocône Puyehue et non sur la partie "Cordon-Caulle" du complexe. Côté argentin, les chutes de cendres ont été importantes (plus de 5 cm de dépôts) et recensés principalement dans les villes de San Carlos de Bariloche (100 km au sud-est) et Villa La Angostura (50 km au sud-est de l'édifice). L'aéroport de San Carlos de Bariloche a été fermé par les autorités, tout comme le poste frontière chilo-argentin proche. Sources : OVDS-SERNAGEOMIN; ONEMI; VAAC de Buenos Aires; Youtube; Soychile.cl;El Diario Austral de Valdivia; HIGP.



Dépêche du 04 juin 2011 :

L'OVDAS-SERNAGEOMIN maintient pour le moment le niveau d'alerte "jaune-4" du complexe Puyehue-Cordon Caulle mais la sismicité connait une nette augmentation depuis hier. Dans la journée d'hier, les volcanologues ont déjà enregistré plus de 1500 secousses dont les hypocentres sont superficiels (entre 2 et 5 km de profondeur). Ils ont effectué un vol de reconnaissance mais n'ont remarqué aucun changement particulier. La situation s'est donc nettement "tendue" ces derniers jours. A suivre. Source : SERNAGEOMIN.



Dépêche du 03 juin 2011 :

L'OVDAS/SERNAGEOMIN enregistre depuis avant-hier une augmentation de l'activité sismique de l'édifice. La petite ville de Puyehue (au bord du lac du même nom, à 40 km dau sud-ouest de l'édifice) est mise en alerte jaune. Les systèmes de communication (VHF, téléphone satellite) entre les populations de différentes communes (dans un but d'optimisation de la surveillance de l'édifice) vont être accentués, tout comme la surveillance de l'ONEMI en collaboration avec le l'OVDAS-SERNAGEOMIN (dépendance du ministère de l'Intérieur). Le passage en alerte niveau jaune correspond donc essentiellement à la mise en place d'un réseau de surveillance impliquant tant les scientifiques, que les autorités gouvernementales et les populations concernées. Source : ONEMI.



Ses éruptions historiques
Les éruptions historiques pour le volcan Cordon Caulle
Autres volcans : photos et vidéos de volcans
Les photos de volcans et vidéos de volcans de l'ACTIV
ACTIV - Association pour la Connaissance et la Transmission de l'Information en VolcanologieACTIV - Association pour la Connaissance et la Transmission de l'Information en Volcanologie
Rechercher un volcan
Recherchez un volcan grâce à son nom
Listes de volcans
Recherche de volcans par listes
L'activité de l'année du volcan Cordon Caulle
Remonter dans le texte
Descendre dans le texte
  Année 2012 :

        •  Mois de septembre
        •  Mois d'avril
        •  Mois de mars
        •  Mois de février
        •  Mois de janvier


  Année 2011 :

        •  Mois de décembre
        •  Mois de novembre
        •  Mois d'octobre
        •  Mois de septembre
        •  Mois d'août
        •  Mois de juillet
        •  Mois de juin
        •  Mois d'avril


  Année 2005 :

        •  Mois de janvier


Revenir au début du texte