Localisation du volcan Hierro

Nom : Hierro
Région/Pays : Iles Canaries / Espagne
Lat./Long. : 27.73 N/18.03 W
Alt. : 1500 m

Suivi de l'activité éruptive ou des éruptions volcaniques pour le volcan Hierro au cours du mois d'octobre 2011 :


Dépêche du 31 octobre 2011 :

La forte secousse sismique d'hier matin (magnitude 3.9, ressentie par les insulaires), localisée à 22km de profondeur sous la zone d'El Golfo semble inquiéter les habitants d'El Hierro. Les volcanologues rappellent cependant, à travers les communiqués de presse du gouvernement des Canaries, qu'actuellement rien n'indique que cette sismicité soit le précurseur d'une éruption dans la zone d'El Golfo, bien qu'ils ne puissent pas exclure complètement cette possibilité. En particulier, la profondeur des secousses de cette seconde crise (plus importante que celle de la première crise), et l'absence de déformation en surface, n'indiquent pas de mouvements verticaux de magma dans ce secteur pour le moment. Mais il est évident qu'ils affineront leur point de vue au fur et à mesure de l'évolution des événements et des données qu'ils récoltent. En parallèle, l'AVCAN demande toutefois à tous les insulaires de se remémorer les attitudes à tenir en cas de crise sismiques ou volcanique et de suivre les recommandations émises via les communiqués de presse. Les niveaux d'alerte restent inchangés: rouge à La Restinga, et jaune pour le reste de l'île. Le gouvernement des Canaries indique clairement qu'il n'y a aucune raison pour que des mesures supplémentaires de protection civile soient prises. La situation n'en reste visiblement pas moins angoissante pour les Herreños. Sources : Gouvernorat des Canaries; AVCAN; IGN.



Dépêche du 29 octobre 2011 :

Alors que l'activité se poursuit sur El Hierro (trémor globalement stable), le panache de "pollution" s'étend autour de l'île. L'AVCAN a ainsi transmis le lien vers une très belle image satellite prise le 26 octobre qui permet de constater que la pollution gagne la côte nord de l'île. Sources : AVCAN; IGN espagnol.



Dépêche du 28 octobre 2011 :

L'Institut Océanographique Espanol a mis en ligne un modèle 3D du fond marin où se construit le nouveau cône. On peut y voir qu'il s'édifie au fond d'une vallée, qui canalise une coulée de lave en cours de progression. Sources : IEO; AVCAN.



Dépêche du 27 octobre 2011 :

Sur le journal en ligne ABC.es le directeur de la station volcanologique des Canaries, Juan Carlos Carracedo, indique que la sismicité actuellement enregistrée sous la partie nord-ouest de l'édifice volcanique (zone d'El Golfo, au large de Frontera) est probablement due à des réajustements d'ordre tectoniques. Il considère comme improbable que cette sismicité puisse revigorer l'activité en cours, bien qu'il indique ne pouvoir écarter cette hypothèse. Il porte un regard critique sur la gestion de la crise, l'estimant "parfaitement contrôlée" avant l'éruption, puis "désastreuse" à partir de son commencement. En cause notamment: 1-l'absence dans l'archipel de volcanologues suffisamment au point sur les problématiques des éruptions sous-marines et même sur la connaissance de l'île. 2-l'absence d'anticipation concernant l'utilisation d'un navire océanographique, qui aurait permis de récolter, avant et durant les premières heures de l'éruption, des données essentielles pour la gestion de la crise par les autorités locales. En particulier la localisation précise du foyer éruptif, qui ne suppose pas de danger immédiat, aurait pu éviter les désagréments, tant psychologiques qu'économiques, d'une évacuation aux habitants de le Restinga. Source : ABC.es.



Dépêche du 25 octobre 2011 :

Ca y est: la première image du nouveau cône sous-marin est apparue sur les écrans des scientifiques embarqués sur le "Ramón Margalef". Elle permet de voir l'orientation nord-est sud-ouest de la fissure éruptive et, sur l'image suivante, détail de la précédente, est pointé ce qui semble être le sommet (ou proche ) de ce nouveau cône, à 230 m de profondeur. Le fond marin, juste en aval du cône, est noté à environ 300 m de profondeur ce qui donne un taux de croissance moyen (sur la base de l'hypothèse que la fissure s'est ouverte à 300 m de profondeur) de 4.6 m par jour. Source: AVCAN.



Dépêche du 23 octobre 2011 :

Une vidéo prise ce matin, que voici permet de confirmer qu'il n'y a pas de bouillonnement en cours au large d'El Hierro actuellement. Les tâches sombre visibles sur la vidéo ont retenu l'attention des scientifiques embarqués à bords de l'hélicoptère, qui pensent à des agrégations de cendres. La nouvelle crise sismique, entamée à environ 20 km de profondeur, se poursuit. Le trémor reste stable. Sources : IGN; AVCAN.



Dépêche du 23 octobre 2011 :

Un conseiller au maire d'El Pinar affirme dans un article paru aujourd'hui dans le journal local Diario el Hierro qu'il n'y a pas de bouillonnement au large La Restinga. Il l'affirme après avoir effectué un survol de la zone et estimé qu'un regroupement de fragments de roche flottante, émise par l'éruption, peut avoir été confondue avec un bouillonnement. Il appel donc la population au calme après les annonces concernant la hausse de la sismicité sous l'île. Le trémor reste stable pour le moment. Sources : Diario el Hierro; IGN.



Dépêche du 23 octobre 2011 :

Un second navire, le "Ramón Margalef" de l'Institut Océanographique, est arrivé sur la zone de l'éruption pour prendre le relai du navire "Profesor Ignacio Lozano" dans le suivi de l'activité et la récolte d'échantillons d'eau pour les mesures physico-chimiques. Son principal atout, toutefois, sera la mise en oeuvre d'un robot (le "ROV Liropus 2000") capable d'aller prendre des images de ce qui se passe au niveau de la zone éruptive. Au niveau sismicité profonde l'IGN continue d'enregistrer des secousses sous l'île, avec un groupement d'hypocentres sous la zone d'El Golfo, au large de La Frontra. Une des secousses (magnitude richter de 2.8, hypocentre 21 km) a d'ailleurs été ressentie hier par les insulaires. Sources : communiqué du gouvernement des Canaries; IGN; Canarias Ahora.



Dépêche du 22 octobre 2011 :

L'intensité du trémor, qui continue de croitre progressivement depuis hier soir, est accompagné, d'après l'AVCAN, de signaux d'explosions qui se détachent parfois du trémor. Malgré tout, à en croire un article paru dans le journal diariodeavisos.com, les scientifiques, qui jugent le comportement de la population durant toute cette crise comme exemplaire, semblent sur le point de quitter la zone. Ils estimaient en effet ces derniers jours que l'activité touchaient probablement à sa fin mais l'évolution du trémor les fera peut-être changer d'avis. D'autant plus que la sismicité profonde (hypocentres en majorité autour de 20 km de profondeur) semble aussi connaitre un regain qui, pour l'AVCAN, pourrait être lié à une nouvelle remontée de magma. Les hypocentres s'alignent en effet globalement du nord-ouest au sud-est, direction identique à celle suivie par l'essaim de secousses qui s'est déroulé entre juillet et le départ de l'éruption. Sources : AVCAN; diariodeavisos.com; IGN.



Dépêche du 21 octobre 2011 :

En début de soirée le trémor est remonté d'un cran et un bateau océanographique en station à proximité de la zone active a dû s'éloigner pour regagner le port de La Restinga en raison d'une réapparition du bouillonnement vraisemblablement accompagné de matériaux flottants qui n'ont pu être échantillonnés. Sources : AVCAN; IGN.



Dépêche du 21 octobre 2011 :

Les autorités ont jugé hier la situation suffisamment stabilisée pour autoriser le retour, dès aujourd'hui, des habitants de La Restinga qui le désirent. Les volcanologues indiquent avoir mis en place le matériel de surveillance suffisant pour prévenir toute modification de l'activité et pouvoir donner l'alerte. Toutefois, tant que l'éruption se poursuit la pêche et la baignade sont interdites et seuls des navires de secours peuvent aller dans la zone d'exclusion maritime. Le trémor est toujours présent et stable ce matin et le niveau d'alerte pour la Restinga reste au rouge. Sources : communiqué de presse du gouvernement des Canaries, Canarias Ahora; IGN.



Dépêche du 20 octobre 2011 :

Dans une interview retranscrite hier soir dans le journal en ligne Canarias Ahora, un volcanologue confirme l'émission de basalte, dont la source mantellique se situe bien vers 12 km de profondeur (zone de forte sismicité pré-éruptive), et retrouvé dans les échantillons récoltés en mer (voir lien photo du bulletin précédent). Il confirme aussi que le trémor et la déformation enregistrés montrent des signes d'affaiblissement progressifs (NDLR: cependant l'amplitude du trémor montre une légère croissance depuis ce matin depuis environ 3h00 TU, mais ce pourrait n'être que temporaire). Il estime que le scénario le plus probable actuellement est que l'on se dirige vers la fin de l'éruption mais reste prudent. Il faudra du temps pour acquérir la certitude qu'une nouvelle bouche active ne s'ouvrira pas plus en amont, c'est à dire à proximité de La Restinga. Source : Canarias Ahora; IGN.



Dépêche du 19 octobre 2011 :

Contrairement à ce que nous écrivions ce matin le bouillonnement associé à l'éruption a cessé hier, en parallèle de la diminution de l'importance du trémor. Par ailleurs, les échantillons prélevés en mer, et libérés par l'éruption, sont tout à fait suprenants. En effet, ils ne sont pas constitués de basalte pour l'essentiel (voire cette vidéo). La roche libérée est blanche, entourée d'une croûte sombre visiblement basaltique (au vu des photos). Il s'agit peut-être de sédiments englobés par le basalte émis et probablement recuit par ce même basalte (voir cette photo, sous réserve de confirmation/infirmation par les analyses en cours, bien entendu). Suite aux modifications constatées hier (disparition du bouillonnement et modification du trémor), les volcanologues se laissent 48 heures pour voir l'évolution de l'éruption car il ont deux scénarios envisageables: soit l'éruption va vers sa fin, soit une nouvelle bouche peut s'ouvrir, avec une possibilité que ce soit à terre. A suivre, bien entendu. Sources : comm pers; Canarias Ahora; AVCAN.



Dépêche du 19 octobre 2011 :

Le trémor s'est stabilisé hier à un niveau légèrement plus faible que les jours précédents et se maintient aujourd'hui. Une nouvelle vidéo aérienne prise hier montre que le bouillonnement se poursuit quasiment à l'identique de la veille: l'éruption sous-marine est donc toujours vigoureuse même si la baisse de l'amplitude du trémor semble indiquer une réduction du débit éruptif. A terre, les accès, contrôlé par le PERVOLCA (cellule en charge de la gestion des risques volcaniques), ont repris pour la zone environnant La Restinga. Les habitants de la Restinga ont même un accès très limité qui leur permet d'aller chercher des affaires de première nécessité (médicaments, vêtements etc.). Sources : communiqué de presse du gouvernement des Canaries; youtube; IGN espagnol.



Dépêche du 18 octobre 2011 :

Alors que le trémor semble poursuivre une progressive décroissance, un internaute nous fait passer cette vidéo prise sur youtube qui montre que l'évent éruptif s'approche de la surface. On y voit quelques remous et la surface de l'océan qui s'évapore, signe que l'évent s'est encore approché de la surface. Sources : comm.pers.; IGN espagnol.



Dépêche du 18 octobre 2011 :

L'activité éruptive se poursuit au large de la Restinga, avec peut-être un léger essoufflement du trémor dont l'amplitude est légèrement moins forte ce matin que les jours précédents. Les scientifiques ont pu récolter des échantillons de roches flottantes et d'eau pour analyses (turbidité, taux d'oxygène, acidité etc) grâce au navire " Pr. Ignacio Lozano" de l'institut des sciences marines. Des analyses de l'air pour les taux de CO2, SO2, H2S et divers autres gaz ont également été effectuées. A terre, certains accès (tunnel de la La Roquilla) ont été réouverts sous conditions (véhicules de 3.5 tonnes maxi, véhicules d'urgence, ouverture du tunnel en journée). Le niveau d'alerte à la Restinga est maintenu au rouge pour le moment. Sources : Gouvernement des Canaries (communiqué de presse); AVCAN.



Dépêche du 16 octobre 2011 :

Des fragments de lave fumants ont été observés à la surface de la mer, incitant les autorités à fermer la Restinga et à interdire le survol de la zone éruptive par hélicoptère. Il s'agit là de la première étape d'une possible future activité surtseyenne. Si l'alimentation en magma se poursuit suffisamment longtemps, une colonne de vapeur va se former, relayée par les premières explosions marquées par des gerbes noires (lave) et blanches (vapeur d'eau). Le trémor est actuellement toujours très stable. Source: communiqué de presse du gouvernement des Canaries; IGN.



Dépêche du 14 octobre 2011 :

La situation reste stable à El Hierro : le trémor est stabilisé depuis avant-hier et l'activité toujours uniquement sous-marine, alimentant les deux tâches décolorées en mer, au large de La Restinga. Une seconde vidéo et une image satellite (MODIS, module TERRA, image prise hier à 11h30 TU) vous permettront de mieux visualiser ce "panache sous-marin" fait d'eau de mer acidifée. Pour vous donner l'échelle sur l'image satellite : le "panache" s'étend sur une vingtaine de kilomètres au sud-est de l'édifice. Sources : IGN; MODIS; blog anglophone ERUPTIONS d'Eric Klemetti.



Dépêche du 13 octobre 2011 :

L'activité éruptive semble avoir migré plus en amont, se rapprochant maintenant de la côte sud de l'île. Une odeur de soufre et des zones de "décoloration" de l'eau (voir cette vidéo) ont été relevées dès hier soir à environ 2,5 km de La Restinga. Sources : IVC; communiqué du gouvernement des Canaries, El mundo.es.



Dépêche du 12 octobre 2011 :

En début d'après-midi, vers 14h30 (heure locale?) le trémor a connu une forte baisse, bien qu'il soit toujours présent sur les enregistrements sismiques. Le niveau d'alerte rouge est toujours maintenu à La Restinga, où environ 600 personnes ont été évacuées. Mais les volcanologues n'ont visiblement pas assez de données pour estimer le risque réel dans cette zone par rapport à la situation actuelle. Ils espèrent pouvoir réaliser, dans les jours qui viennent, une prospection sous-marine de la zone qui leur permettrait de savoir plus précisément ce qui se passe sur le site de l'éruption. Actuellement, en dehors du trémor ,il semble que la seule "preuve" de cette éruption se résume à des bancs de poissons morts dans la zone affectée. Les scientifiques doivent donc réunir des données plus concrètes pour avoir une certitude sur ce qui se passe actuellement. Source : IGN; IVC; Canarias Ahora.es.



Dépêche du 12 octobre 2011 :

Suite au passage en alerte rouge de la zone de la Restinga, des évacuations ont débuté. Les habitants de ce village côtier ont passé leur première nuit soit dans leurs familles respectives, soit dans un centre d’accueil (La Résidencia Escolar) de Valverde, à la pointe nord-est de l'île. Source : Canarias Ahora.



Dépêche du 12 octobre 2011 :

La pointe sud de l'île (La Restinga) d'El Hierro a vu son niveau d'alerte passer au rouge, des secousses ayant été ressenties. Cette décision a été motivée par la crainte de voir l'activité remonter en amont de la zone actuellement active, et donc de voire l'éruption émerger et donner une activité surtseyenne. Les plans d'urgence sont en cours de mise en place. Sources : AVCAN; IVC; communiqué du gouvernement des Canaries.



Dépêche du 11 octobre 2011 :

L'éruption a été confirmée dès hier soir à El Hierro par le PEVOLCA. La présence de poissons morts est actuellement le seul signe en surface de cette éruption. Au vu de sa localisation, elle ne présente aucun danger pour les habitants de l'île. Les autorités ont ainsi décidé de laisser le sémaphore d'alerte au jaune. Sources: IVC; IGN d'Espagne; Gouvernement des Canaries.



Dépêche du 11 octobre 2011 :

Les signes observés hier pourraient finalement bien être liés à une activité éruptive sous-marine, ou au moins à des mouvements de magma et plus seulement à un épiphénomène lié au séisme de dimanche. C'est ce que suggère très fortement le relevé de la station sismique CHIE, installée sur l'île, qui enregistre depuis hier 04h17 TU un signal de type trémor harmonique. Localisé à 1000 m de profondeur, il ne devrait y avoir aucun (ou très peu de) signe de cette éruption en surface, mais si l'activité s'accompagne de l'ouverture de nouvelles bouches plus en amont, donc à une profondeur moindre. Alors, l'éruption deviendra visible et sera de type surtseyen. Sources : Institut Géographique National Espagnol.



Dépêche du 10 octobre 2011 :

Les volcanologues Canariens ont repéré la libération, à 5km au large de la pointe sud de l'île (La Restinga), de fluides et gaz, dont la source se localiserait entre 900 et 1000m de profondeur. Un survol effectué ce matin n'a pas confirmé la mise en place d'une activité éruptive dans cette zone et les volcanologues ne savent pas si il y a émission sous-marine de lave ou une "simple" libération de fluides. En tout état de causes, la crise sismique que connaît l'île depuis le mois de juillet s'est fortement atténuée depuis deux jours. Sources : IGN; IVC; laopinion.es.



Dépêche du 09 octobre 2011 :

La sismicité se poursuit sous le volcan Hierro. Le nombre de secousses est en baisse depuis 3 jours mais l'énergie totale libérée quotidiennement reste élevée, en raison de séismes de magnitude relativement élevée. Une secousse de magnitude 4,3, la plus forte depuis le début de cette crise, a été ressentie par l'ensemble des habitants de l'île hier soir et a provoqué des effondrements, l'un coupant la route Tacoron-La Restinga. Les volcanologues continuent d'augmenter le réseau de surveillance, notamment géochimique. Sources : IVC; La Opinion.es; AVCAN.



Dépêche du 03 octobre 2011 :

L'institut de Volcanologie des Canaries (IVC) a mis en ligne un graphique retraçant l'évolution parallèle de la sismicité et du dégazage diffus du CO2 qui s'échappe quotidiennement de l'île. L'IVC indique que la quantité de CO2 mesurée lors des 6 campagnes réalisées entre fin juillet et fin septembre reste dans une gamme de valeurs considérées comme normales. La sismicité se poursuit sur l'édifice et les hypocentres sont remontés à environ 14 km de profondeur en se décalant vers l'est ces deux derniers jours. Sources : IVC; IGN.



Ses éruptions historiques
Les éruptions historiques pour le volcan Hierro
Autres volcans : photos et vidéos de volcans
Les photos de volcans et vidéos de volcans de l'ACTIV
ACTIV - Association pour la Connaissance et la Transmission de l'Information en VolcanologieACTIV - Association pour la Connaissance et la Transmission de l'Information en Volcanologie
Rechercher un volcan
Recherchez un volcan grâce à son nom
Listes de volcans
Recherche de volcans par listes
L'activité de l'année du volcan Hierro
Remonter dans le texte
Descendre dans le texte
  Année 2013 :

        •  Mois de mars
        •  Mois de janvier


  Année 2012 :

        •  Mois de septembre
        •  Mois d'août
        •  Mois de juillet
        •  Mois de juin
        •  Mois d'avril
        •  Mois de mars
        •  Mois de février
        •  Mois de janvier


  Année 2011 :

        •  Mois de décembre
        •  Mois de novembre
        •  Mois d'octobre


Revenir au début du texte