Nom : Montagne Pelee
Région/Pays : Martinique / France
Lat./Long. : 14.82 N/61.17 W
Alt. : 1397 m

Les éruptions volcaniques du volcan Montagne Pelee. Retrouvez l'historique des éruptions et l'activité du volcan Montagne Pelee décrite éruption par éruption :

Date de l'éruption : Du 16-09-1929 au 01-12-1932

Résumé :
Cette dernière éruption connue de la Montagne Pelée fut semblable, dans son déroulement, à la période d'activité de 1904-1905 de l'éruption précédente. Les signes précurseurs les plus frappant se résument à une franche augmentation de l'activité fumerolienne. Le 16 août, à 21:45 (locale), une explosion secoue le volcan, et des chutes de cendres affectent quelques localités sous le vent. L'activité se calme alors, du moins jusqu'au 16 septembre. Vers 22:00, une nouvelle explosion, plus violente que la précédente, encourage les autorités à aider les populations dans leur évacuation spontanée. La population revient toutefois dès le début du mois d'octobre, après avoir entendu l'avis d'un volcanologue français de passage sur l'île. Le 14 octobre, à 4:00 du matin, une puissante explosion provoque des chutes de cendres importantes sur le Prêcheur. Le 18, une explosion encore plus importante recouvre tous les flancs de l'édifice de cendres volcaniques, et le paroxysme éruptif est atteint le 22, lors de la mise en place de coulées pyroclastiques dans la rivière blanche. Jusqu'en 1932, l'intensité des explosions sera moins grande, mais leur fréquence sera un peu plus élevée. Ces explosions accompagnent la formation d'un nouveau dôme de lave, qui prend naissance entre "Le Chinois" (celui de 1902-1905) et le haut de la rivière blanche. Cette dernière finie d'ailleur par disparaitre, comblée par les dépôts de nuées ardentes et de blocs qui se détachent régulièrement du dôme.

Lieu de l'éruption : Zone sommitale


Date de l'éruption : Du 23-04-1902 au 05-10-1905

Résumé :
"Cette éruption est certainement l'une des plus célèbre dans le monde de la volcanologie, car la catastrophe qu'elle engendra érigea réèllement la volcanologie en tant que science à part en tiers. Des signes précurseurs, non interprétés comme tels à ce moment-là, ont commencé à se manifester dès la fin du 19ème siècle. Il s'agissait alors de séries de petites secousses et l'apparition, dès 1900, de zones fumeroliennes. Dès février 1902, l'activité fumerolienne s'intensifie, gênant les habitants du Prêcheur. Les choses se compliquent encore lorsqu'une activité phréatique apparait en avril 1902. L'activité devient de plus en plus intense, mettant la rivière blanche en crue. Les secousses sismiques et les chutes de cendres s'accentuent. Pourtant, le magma n'as pas encore fait surface, et l'activité demeure purement phréatique. Le 05 mai 1902, la montagne Pelée fait les 23 premières victimes, dans l'usine Guérin, détruite par une énorme coulée de boue qui, arrivant en mer, provoque un petit raz de marée dans le port de St Pierre. Mais personne ne saura jamais ce qui s'est passé. Le 06 mai, le magma arrive au fond du cratère de la Pelée, appelé ""Caldera de l'Etang Sec"" et commence à former un dôme. Les premières coulées pyroclastiques ont lieu le 07 mai, et s'épanchent vers l'ouest. Le 08 mai, à 8h02 du matin, et alors que le ciel est parfaitement dégagé pour la première fois depuis des semaines, une énorme explosion dirigée horizontalement vers le sud-ouest, détruit partiellement le dôme et donne naissance à une très puissante déferlante pyroclastique. Celle-ci arrive sur St Pierre-la-Martinique, tuant quelques 28 000 personnes, et coulant presque tous les bateaux ancrés au port. La croissance du dôme se poursuit, et régulièrement des explosions le détruisent en partie et donnent des coulées pyroclastiques. Celle du 30 août fait presque 1500 victimes supplémentaires à Morne Rouge. Dès le 03 novembre 1902, et jusqu'en octobre 1903, le dôme stoppe sa croissance mais est littéralement percé par une aiguille de lave (protrusion). Celle-ci s'élève en permanence mais, son sommet s'effritant continuellement, elle n'atteint qu'une hauteur maximale de 265 m (juillet 1903) alors qu'elle aurait fait plus de 800m de haut si elle ne s'était pas écroulée. La taille du dôme n'augmente que peu, mais son activité le pousse à produire régulièrement des coulées pyroclastiques. Cette activité continue jusqu'en juillet 1905 puis s'arrête, laissant derrière elle un lourd bilan humain, mais aussi une meilleure compréhension des éruptions volcaniques. Le sommet de la Montagne Pelée est alors coiffée d'un dôme, nommé "Le Chinois", dont le colume atteint 100 000 000 de m3".

Lieu de l'éruption : Cratère sommital


ACTIV - Association pour la Connaissance et la Transmission de l'Information en VolcanologieACTIV - Association pour la Connaissance et la Transmission de l'Information en Volcanologie
Rechercher un volcan
Recherchez un volcan grâce à son nom
Listes de volcans
Recherche de volcans par listes
L'activité de l'année du volcan Montagne Pelee
Remonter dans le texte
Descendre dans le texte
  Année 2005 :

        •  Mois de janvier


Revenir au début du texte